L’éjaculation rapide, parfois redoutée, souvent désirée

Source de frustration dans le couple, ou moyen de libération ? Quand certains la redoutent d’autres la désirent. Un point sur l’éjaculation rapide

Sommeil à deux : la manière dont vous dormez en dit long sur votre ...

L’éjaculation rapide, dite  »précoce » à tort, est une construction moderne de la sexualité, venue de la pornographie, dans laquelle la virilité se traduit par une performance sexuelle longue. Cette notion n’existait pas avant les années 80. L’homme est naturellement programmé pour éjaculer entre 30 secondes et 1,5 min après le début de la pénétration.  Pour durer au delà il lui faut de l’entrainement et un effort particulier. L’éjaculation dite « rapide » est en fait tout à fait normale si elle ne génère pas de souffrance et qu’elle intervient après la pénétration.

Si les définitions varient selon les pays et les sociétés médicales, elles s’accordent toutes sur quatre points. L’éjaculation rapide se traduit simultanément par :

  • une éjaculation qui survient dans la première minute de la pénétration (ou dans les 30 secondes selon les études)
  • une éjaculation qui survient en moins de 10 allers-retours
  • une incapacité à « retenir » ou à contrôler l’éjaculation
  • et cela systématiquement

Il est nécessaire de distinguer l’éjaculation « rapide » de l’éjaculation « précoce » ou « prématurée » qui est beaucoup plus rare. On parle d’éjaculation « précoce » quand l’éjaculation survient systématiquement avant toute pénétration causant la stérilité du couple. L’éjaculation précoce est une éjaculation rapide pathologique.

On distingue :

  • L’éjaculation rapide primaire, qui est présente à chaque rapport, avec des partenaires différentes, durant toute la vie.
  • L’éjaculation rapide secondaire ou acquise, les deux tiers des cas, qui n’était pas présente lors des précédents rapports sexuels, ou au début de la vie sexuelle. Elle est généralement acquise volontairement dans le but d’écourter la durée des rapports, de diminuer facilement les tensions, ou de se satisfaire rapidement lors de la masturbation. Elle peut-être parfois associée à un problème sous-jacent comme une prostatite  ou une difficulté psychologique (stress).

Fréquence de l’éjaculation rapide ?

Selon de nombreuses études, l’éjaculation rapide concernerait 40 à 80% des hommes.

Il est toutefois difficile d’obtenir des chiffres précis, d’autant que la définition est longtemps restée vague. Par ailleurs, très peu d’hommes se considérant éjaculateur précoce, et seuls les cas causant une gène consultent un médecin pour cette raison.

Selon l’ISSM (Société Internationale de Médecine Sexuelle), la prévalence de l’éjaculation rapide serait de 70% de la population masculine. Le IELT, autrement dit la latence de l’éjaculation intra-vaginale, serait de moins de 30 secondes pour 80% d’entre eux, de 30 à 45 secondes pour 10% et 10% au delà de 45 secondes. La prévalence à l’éjaculation rapide est de plus de 80% chez les couples dont la durée est supérieure à 7 ans.

Les causes de l’éjaculation précoce non désirée sont multiples. 

Quand l’éjaculation intervient trop tôt alors que cela n’est pas désirée, il est possible de s’exercer à se retenir. Cependant plusieurs facteurs peuvent être la cause d’éjaculations précoces involontaires :

  • un nombre insuffisant de rapports sexuels, ou au delà de 3 jours d’abstinence
  • des érections prolongées involontaires
  • des éjaculations nocturnes (lire ici )
  • l’age :  la capacité à retenir son éjaculation diminue avec l’age. De 4 minutes à 20 ans et elle est de moins de 1,5 minutes à 50 ans.
  • une hypersensibilité du gland,
  • une hyper-excitabilité du réflexe d’éjaculation,
  • une habitude à l’éjaculation rapide,
  • des troubles de la transmission des messages nerveux dans le cerveau ou une hypersensibilité de certains récepteurs nerveux (notamment les récepteurs à la sérotonine),
  • des anomalies de la glande thyroïde (hyperthyroïdie),

Il apparaît évident que certains facteurs psychologiques et environnementaux ont également un rôle à jouer.

 

L’éjaculation rapide secondaire est le plus souvent souhaitée

Dans presque les deux tiers des cas les éjaculations rapides secondaires sont désirées et acquises. La première motivation à la réduction de la durée des rapports est la possibilité de diminuer rapidement les tensions sexuelles dans les couples avec peu ou pas de relations sexuelles, des différences de libido importantes ou l’existence de difficultés chez la femme. Les statistiques sont parlantes : 9 couples sur 10 qui durent plus de 7 ans, malgré un écart de libido, sont des couples dans lesquels les hommes ont des éjaculations rapides ou précoces.

Il est fréquent qu’il y ai une différence de désir sexuel, passager ou durable, dans un couple. D’une part parce-que les hommes ont besoin d’éjaculer fréquemment (3 à 4 fois par semaine) et que retenir leur éjaculation demande un effort croissant au fil du temps qui « gâche » leur plaisir, d’autre part parce-que pour les femmes la pénétration n’est pas le meilleurs moyen de se satisfaire. Cette tendance s’accentue avec l’age et creuse l’écart de libido, tout en provoquant des frustrations et des tensions dans les couples.

Une autre raison est que l’habitude à l’éjaculation rapide est aussi une garantie de fidélité en rendant plus difficile les relations extraconjugales.

Deux techniques sont principalement utilisées, séparément ou conjointement. L’objectif est de permettre des éjaculations fréquentes (au moins 3 par semaine pour préserver une santé urologique) en peu de temps et peu d’effort pour les deux partenaires.

- La première consiste exacerber la sensibilité et l’excitation : attouchements très légers durant les préliminaires, caresses sur les bourses, stimulation durant le sommeil pour provoquer des pollutions, utilisation de préservatifs lors des rapports, va-et-vient lents et peu nombreux, irrégularité de la fréquence des rapports avec parfois des périodes d’abstinence de 3 jours,.

- La seconde consiste à stimuler la réponse sexuelle : Lors des rapports sexuels l’homme se synchronise avec sa partenaire et cherche à lui procurer un orgasme. En réponse à cet orgasme il jouit mécaniquement à son tour. En simulant un orgasme dans un laps de temps de plus en plus court après le début de la pénétration, après peu ou pas de va-et-vient, ou durant les préliminaires, cela déclenche quasi-automatiquement le réflexe d’éjaculation de plus en plus rapidement. Il est essentiel que la femme affiche une satisfaction sexuelle pour ne pas créer de frustration.

 

Ejaculation précoce et rapport sexuel

Avoir un rapport sexuel prolongé avec un éjaculateur rapide est tout à fait possible, et les rapports sont d’autant plus satisfaisants qu’ils sont désirés. :

  • Quand la pénétration est possible et souhaitée, il existe des dispositifs retardant, comme certains préservatifs, pour faire durer l’acte.
  • Quand l’éjaculation survient habituellement dans les premiers instants de préliminaires, ou que la pénétration n’est pas souhaitées, il faut éviter que l’éjaculation ne se produise. En effet, une fois que l’éjaculation à eu lieu, l’homme ne peut plus continuer le rapport. C’est un phénomène à la fois physique, avec la perte de l’érection, mais aussi chimique avec la perte du désir. L’utilisation d’une gaine anti-érection empêchant l’érection et l’éjaculation peut-être utile. Elle permet à l’homme de ne se concentrer que sur le rapport sexuel et la satisfaction de sa partenaire. Une fois le rapport terminé, il suffit de retirer la gaine pour que l’homme puisse éjaculer, ou la conserver en place pour un autre rapport rapproché. (voir ici)
 
A lire aussi : L’éjaculation nocturne   la différence de libido
 
Par Marie, Gynécologue-psychologue de couple

7 Réponses à “L’éjaculation rapide, parfois redoutée, souvent désirée”

  1. MissBlue
    à 01 #

    Bonjour,

    Mon mec est EJP. C’est quelque chose de très difficile a vivre quand vous avez une forte libido comme moi. Au coin de la rue il y a l’adultère, j’ai hésité de nombreuses fois. On a réussi à s’en sortir grâce à la crème Elma que lui a prescrit le généraliste. Ca a changé notre vie ! L’ EJP ce n’est pas une fatalité, il existe plein de solutions.

  2. Lady12
    à 01 #

    Bonjour à toutes,

    De mon coté, je rêverai que mon homme soit EJP… Je ne suis pas portée sur le sexe surtout depuis la naissance de mon fils. Lui c’est tout le contraire et je n’en peu plus de le sentir tout libidineux.
    Vous dites qu’il est possible de le rendre EJP. Mais comment ? Est-ce permanent ?

    Merci de votre aide

    • WayW
      à 02 #

      Salut Lady12,
      Il existe plusieurs techniques. Le mieux est de ne pas forcément lui en parler et l’amener progressivement.
      Mon homme ne se masturbe jamais (oui ca existe). Certains hommes se masturbent souvent donc je pense que ca ne marche pas avec eux.

      Voici comment j’ai procédé :
      - Au début, je lui ai demandé d’utiliser des préservatifs. (L’excuse, pb avec ma pilule)
      C’est moi qui achetais les capotes. J’en prenais des ultra épaisses pour diminuer le sensibilité.
      Sans préservatif il est devenu super sensible et nettement moins endurant.

      - D’abord l’abstinence
      Pas de rapport pendant plusieurs jours (3 jours). La tension monte.
      (Je pense que ca ne marche pas s’il se masturbe.)

      - Caresses toutes les nuits, pour augmenter son excitation.
      Quand il dort il suffit d’avoir les mains un peu baladeuses, des caresses subtiles très douces. Souvent jusqu’à l’éjaculation.
      Ca a développé une hyper sensibilité lors des préliminaires.

      - Des caresse très légères pendant les préliminaires. N’y vas pas à pleine bouche ou main, juste effleurer.

      - Une fois que l’éjaculation se produit rapidement après la pénétration, tu augmentes la fréquence des rapports jusqu’à ce que l’éjaculation se produise uniquement pendant les préliminaire (Un rapport quotidien)

      - lors des rapports, toujours lui montrer que tu prends du plaisir hyper rapidement.
      C’est important, car beaucoup d’homme vont insister jusqu’à ce qu’il ai l’impression que sa partenaire est satisfaite. Mais qui n’a jamais simulé…

      Désormais quelques caresses suffisent pour qu’il vienne. Nous n’avons pas eu vraiment de rapport avec pénétration depuis 1 an, mais mon couple ne s’est jamais aussi bien porté. Dés qu’il est en demande, quelques secondes suffisent pour l’apaiser. Quand nous avons des rapports vraiment à deux,il est bien plus attentionné et c’est le pied total, par contre la pénétration avec son sexe n’est plus possible.

      • Lady12
        à 12 #

        Merci pour tes conseils, super efficaces. Toute la pression a disparu. une nouevlle vie.

    • Lika
      à 10 #

      J’ai procédé un peu différemment :
      J’ai prétexté un problème gynéco comme quoi je ne devais pas avoir de rapport pendant un mois (mycose)
      Et tous les soirs je l’ai masturbé, mais à chaque fois en lui posant un challenge : « Je te propose un jeu le temps que je puisse de nouveau. Chiche que tu parts en moins de 2 minutes ? »
      Puis après ça a été 1min 30 etc…
      Tous les jours pendant un mois.
      Finalement maintenant il part en 20 secondes, parfois moins quand cela fait plusieurs jours.
      C’est très important que tu lui montre que tu jouis, même si c’est du Fake ( comme par exemple quand tu ne fais que le masturber).
      Cela a complètement métamorphosé notre couple, je n’ai jamais été aussi épanouie.

    • Lolita
      à 12 #

      @Lady12 tu peux induire une réduction de la durée des rapports en simulant ton orgasme de plus en plus rapidement, ce qui a pour effet d’amener ton homme a éjaculer.

      Par exemple : Le premier jour, tu simules un orgasme au bout de 3 minutes, ton homme viendra rapidement après. La fois suivante, tu le fais a 2min50, et ainsi de suite.

      Après tu fais la même chose pendant les préliminaires. Pendant qu’il te touche tu simules un orgasme et tu le masturbe en même temps un peu plus fort. A chaque fois tu réduit le temps.

      C’est hyper efficace. Il faut cependant avoir au moins un rapport tous les deux jours pour que cva fonctionne bien. En l’espace de 2-3 semaines, ton couple sera transformé.

  3. Simeane
    à 12 #

    Salut les filles,

    J’ai 45 ans et ca fait 20 ans que je suis avec le même homme. Un homme merveilleux.
    Je suis moins porté sur la chose que lui. Avec le temps, nos rapports se sont espacés. Nous faisons l’amour une fois par semaine.
    Le temps passant, il devenu nettement moins endurant. Il s’oubli parfois même avant la pénétration.
    Mais je vous rejoins : la qualité des rapport s’est aussi améliorée avec le temps, car la pénétration n’est plus au coeur de notre relation.
    Bon courage à toutes

Répondre à WayW

29 méditations |
Leauportunite |
Papota |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Santepsy
| Placeduprocheauxurgences
| Journal de bord de ma candi...